top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurDaphné d'Hennezel

Les Bienfaits du Romarin

Origines du romarin

 

Bien connu du grand public, le romarin est utilisé depuis des siècles pour ses nombreuses propriétés médicinales et culinaires. Originaire de la région méditerranéenne, le romarin a été utilisé par les Egyptiens pour ses propriétés médicinales antioxydantes pour embaumer les momies lors des cérémonies religieuses.

 

Pedanius Dioscoride, né entre les années 20 et 40 ap. J.-C., médecin, pharmacologue et botaniste grec, reconnu comme « Père de la pharmacognosie » (la science des substances naturelles pour application médicamenteuse) préconisait le romarin en cas de jaunisse.

 

Plus récemment, François Joseph Cazin (1788 – 1864), médecin français (auteur du traité pratique de toutes les plantes médicinales indigènes) employait le romarin en infusion en cas de fièvre avec abattement.

 

Les bienfaits du romarin :

 

1.     Stimulant : le romarin s’adresse à tous les organes. Il favorise en particulier la circulation cérébrale, optimisant la concentration et la mémoire. Il aide les personnes surmenées, les anémiques, les convalescents et les dépressifs.

2.     Améliore la digestion : spasmolytique (il apaise les spasmes), cholérétique (stimule la production de bile par la vésicule biliaire) et cholagogue (stimule la contraction de la vésicule biliaire et donc la chasse biliaire) le romarin favorise les digestions difficiles, ballonnements et fermentations intestinales.

3.     Tonique, antiseptique et immunostimulante : les propriétés antiseptiques de la plante peuvent aider à lutter contre les infections bronchiques et ORL (oreilles, nez et gorge) et contribuent à lutter contre la fatigue.

4.     Détoxifiante hépatique : le romarin favorise le métabolisme des graisses et notamment du cholestérol ainsi que la détoxication hépatique (les éléments hépatiques du foie).

 

Comment consommer le romarin ?

 

Le romarin peut être consommé de différentes manières :

 

En tisane 

 

Plantes en vrac : mettre 2 à 3 pincées de feuilles de romarin dans votre théière avant d’ajouter de l’eau bouillante (90°c). Laisser infuser pendant 3 minutes et servir. En décoction, insérer les plantes dans une casserole d’eau en ébullition et laisser frémir à petit feu durant 10 minutes. À feu éteint, laisser reposer 3 minutes avant de vous servir en filtrant l’eau de la casserole.

-        En sachets d’infusions : mettre un sachet individuel dans une tasse, une théière ou un thermos. Ajouter de l'eau bouillante (90°c) et laisser infuser 3 minutes. Retirer le sachet et déguster. 

-        En infusion glacée prête à boire chez @Bienfaits par exemple : gourmande, saine et biologique, notre boisson Stimul allie le plaisir du fruit (la griotte) et les bienfaits du romarin. Dégustez-la bien fraîche à tout moment de la journée.

 

En gemmothérapie

 

Les bourgeons sont utilisés dans des remèdes à partir de macérat glycériné. On utilise traditionnellement un mélange eau/alcool/glycérine, trois solvants permettant d’extraire de nombreuses molécules différentes, directement en faisant macérer les bourgeons dans le solvant.

 

Sous cette forme, les bourgeons de romarin ont une action hépato-protectrice (protection du foie), cholérétique en dominants. C’est un fluidifiant biliaire, à associer aux bourgeons d’olivier en cas d’hypercholestérolémie et d’hypertension. C’est également un piégeur de radicaux libres, il existe 13 ou 14 antioxydants dans le romarin. Adaptogène, le romarin est un tonique et dynamisant en bourgeons également. Enfin, c’est aussi un décongestionnant de la prostate.

 

Les bourgeons de romarin se prennent en cure pour un traitement de fond à raison de 5 à 15 gouttes par jour pour les adultes et 1 goutte par année d’âge pour les enfants. (Demandez conseil à votre naturopathe préféré).

 

En cuisine

 

Pour parfumer les viandes, les légumes et les sauces. Il peut être utilisé frais ou séché. Ses vertus digestives rendent son utilisation en cuisine encore plus attractive.

 

Précautions d’emploi : Contre-indications : femme enceinte, allaitante et jeunes enfants.

Ne pas utiliser sur le long terme mais uniquement en cure. Il est conseillé de consulter un professionnel de la santé avant d'utiliser le romarin à des fins médicinales.

 


Tous droits réservés @Daphné d’Hennezel

 

 

 

 

2 vues0 commentaire

コメント


bottom of page